Stories Instagram : 20 idées pour débloquer votre ligne éditoriale

Stories Instagram : 20 idées pour débloquer votre ligne éditoriale

Plus de 500 millions de personnes publient des stories Instagram chaque jour ! Selon Instagram, 62% des utilisateurs interrogés ont déclaré s’être intéressés davantage à une marque ou à un produit après avoir regardé une story Instagram.

Et 1 sur 3 des stories les plus vues sont issues de comptes professionnels. Les stories Instagram représentent une énorme opportunité pour toutes les marques. Elles sont fun, engageantes et vous n’avez pas à trop vous soucier d’une image parfaite car elles disparaissent après 24 heures ! Mais que devriez-vous publier sur les stories Instagram ? Voici 20 idées de stories Instagram à utiliser lorsque vous vous sentez coincé !

On aime programmer les stories Instagram à l’avance afin de rester consistantes et de continuer à engager le public de nos clients et on vous recommandons vivement de faire de même. Vous êtes occupé∙e, vous n’avez probablement pas le temps de vous mettre en quatre pour publier une story Instagram chaque jour.

Vous vous dites peut-être : « Super, voilà encore plus de contenu que je dois imaginer, produire et programmer. 😕 Que diable suis-je censé∙e poster ? » Pas besoin de vous épuiser sur la partie brainstorming. Vos copines de Boots & Cats s’occupent de vous. La prochaine fois que vous vous sentirez coincé∙e, essayez l’une de ces 20 idées de stories Instagram !

Faites la promotion de votre dernier article de blog ou épisode de podcast

Si vous publiez du contenu régulièrment, les stories sont un endroit parfait pour en faire la promotion ! Vous pouvez créer un visuel personnalisé « Nouvel article » ou « Nouvel épisode » et l’utiliser pour chaque story. Il suffit de taper le bon titre dans votre visuel pour qu’il reste à jour.

Faites la promotion de votre dernière publication Instagram

Tellement de monde consulte les stories ces jours-ci, alors pourquoi ne pas essayer de les ramener vers votre page Instagram pour augmenter un peu votre portée ? Vous pouvez partager votre dernière publication Instagram dans vos stories. Si vous voulez que les personnes qui consultent votre story le voient et le like dans votre flux, vous pouvez utiliser un autocollant pour en masquer une partie afin d’accroître la curiosité de vos abonnés et les inciter à cliquer pour voir le message complet sur votre compte.

Répondez à aux questions qui vous sont posées fréquemment

On vous pose sans arrêt les mêmes questions sur votre produit ou service ? Soyez proactifs / proactives et répondez-y dans vos stories. Vous pouvez le faire dans une vidéo ou en créant des visuels avec ces FAQ et leurs réponses.

Donnez des conseils

Vous avez une expertise, ne soyez pas timide, montrez-la ! Partagez des conseils avisés ou des trucs et astuces régulièrement avec votre audience. #AstuceDuMardi, c’est pas mal, hein ?

Posez des questions

Instagram a lancé l’autocollant « question » en 2018 qui permet d’interagir facilement et de manière amusante avec votre public. Vous pouvez poser une question à votre audience et partager ensuite les réponses dans vos stories. C’est la solution idéale si vous souhaitez en savoir plus sur votre public et réaliser des études de marché.

Organisez un AMA (Ask Me Anything)

Vous pouvez également utiliser l’autocollant questions pour encourager les utilisateurs à vous en poser… des questions ! Vous pouvez ensuite utiliser vos stories pour partager les réponses avec tout le monde.

Faites un tutoriel

Plutôt que de poster une ou deux stories statiques avec un conseil, vous pouvez faire une vidéo plus longue montrant à votre public comment vous faites quelque chose. Que vous expliquiez devant la caméra comment vous vous faites inviter sur des podcasts ou que vous expliquiez à votre public comment vous préparez le dîner, un tutoriel est un moyen fantastique de mettre en valeur votre expertise.

Proposez une démo de votre produit

Vous pouvez aussi faire une démonstration de comment utiliser votre produit dans vos stories. Et vous n’avez même pas besoin de vendre un produit physique pour cela ! S’il y a un produit que vous utilisez quotidiennement et qui contribue au bon fonctionnement de votre entreprise, montrez à votre public de quoi il s’agit et comment vous l’utilisez.

Organisez un quizz

Les stickers de quiz d’Instagram sont une fonctionnalité géniale pour les marketer, elle permet tellement d’utilisations différentes ! Vous pouvez faire un quiz sur votre secteur d’activité comme Digital Marketer. Vous pouvez également utiliser l’autocollant de quiz Instagram pour mettre en avant des services qui plaisent, des ventes à venir ou l’histoire de votre marque.

Partagez un questionnaire (et encouragez les personnes qui vous suivent à faire de même !)

Si vous souhaitez susciter l’engagement de votre public, obtenir un retour d’information de la part de vos clients et élargir votre champ d’action, partagez des questionnaires avec votre public. Vous pouvez créer des visuels de questionnaire dans Canva ou dans votre outils de création préféré. Ensuite, encouragez votre audience à faire une capture d’écran du message, à le partager dans leurs stories avec leurs réponses et à vous taguer.

Mettez un client ou quelqu’un de votre équipe en avant

Les gens connectent avec d’autres gens. Si vous voulez que les gens connectent à votre marque, vous devez leur montrer les personnes qui y sont impliquées ! Mettez vos employé∙es en lumière et partagez un peu de qui ils/elles sont et de ce qu’ils/elles aiment.

Mettez un autre compte Insta en avant

Et vous n’êtes même pas non plus obligé∙e de vous limiter à des personnes que vous connaissez personnellement. Vous pouvez mettre en avant des personnes que vous appréciez, des influenceurs / influenceuses ou des personnes-clés dans votre secteur d’activité. En faisant savoir aux gens que vous les admirez, non seulement vous présentez à votre public de nouveaux leaders d’opinion mais cela peut contribuer à établir une relation avec cette personne.

Partagez des avis ou des témoignages

Les gens chantent vos louanges et vous disent qu’ils vous aiment de partout sur Internet ? Ne soyez pas timide ! Partagez tout cet amour avec votre audience.

Partagez des citations inspirantes

Qui n’aime pas un peu d’inspiration ? Offrez un peu de motivation à vos abonnés à l’aide de vos citations préférées. Si vous voulez une solution vite-fait-bien-fait, modifiez la couleur de fond de votre story pour l’adapter à votre marque et tapez ou copiez-collez votre citation par-dessus !

Recyclez des extraits de votre newsletter

Si vous essayez d’augmenter le nombre d’abonnés à votre newsletter, alors cette idée est pour vous ! Partagez-en un extrait avec votre audience. Il peut s’agir d’une phrase croustillante, d’un GIF amusant ou d’un titre passionnant.

Faites un sondage

La fonction de sondage d’Instagram est l’une de ses fonctionnalités de story les plus utiles ! Vous pouvez sonder votre audience sur plein de choses. Vous pouvez l’utiliser pour mieux connaître vos utilisateurs, comme pour décider du sujet du prochain épisode de votre podcast, ou vous pouvez l’utiliser juste pour le plaisir, comme pour demander à votre public si un membre de votre équipe doit garder sa barbe, comme l’a fait Leadpages.

Partagez de l’UGC (User Generated Content)

Pourquoi créer du contenu vous-même quand quelqu’un d’autre peut le faire pour vous ? On plaisante évidemment, mais on est tout de même sérieuses quant à l’utilisation de l’UGC, autrement dit du contenu, relatif à votre marque, et généré par des utilisateurs pour vos stories Instagram. En fait, vous devriez utiliser du User Generated Content autant que possible !

Partagez ce que vous aimez

Tou∙tes en choeur : “These are a few of my favorite things!” Pas besoin de jouer la sérénade à votre public, mais montrer vos choses favorites actuelles est un sujet de story fantastique. On sait que vous avez des applications et outils préférés, mais vous n’êtes pas obligé de les limiter aux favoris liés au travail.

Faites des ice-breakers ou organisez des jeux

Si vous avez déjà participé à un événement-réseau, vous connaissez peut-être les activités brise-glace, telles que « Deux vérités et un mensonge » ou « Je préfère ». Vous pouvez faire ces mêmes ice-breakers ou organiser les mêmes jeux pour apprendre à connaître votre public sur Instagram que vous le feriez en personne ! Vous pouvez y répondre vous-même et vous pouvez encourager votre audience à partager ses réponses dans leurs stories.

Donnez-vous un sujet de réflexion

Tout comme les brise-glace vous donnent un point de départ, une question qui incite à la réflexion peut faire de même ! Pensez aux questions que vous poseriez lors d’une première rencontre ou d’un entretien d’embauche. La question doit servir d’inspiration pour une réponse en story.

Quelles sont vos stories Instagram préférées à regarder ? Faites-nous en part ci-dessous !

Vous êtes prêt∙e à vous lancer dans les Stories Instagram et vous avez besoin d’un peu d’aide ? Contactez-nous !

Créer des visuels pour les réseaux sociaux : nos outils et conseils (2ème partie)

Créer des visuels pour les réseaux sociaux : nos outils et conseils (2ème partie)

Maintenant que vous connaissez les outils utiles pour créer des visuels pour vos réseaux sociaux, voici cinq principes de base qui leur donneront un look vraiment professionnel.

Conseils pour faire ressortir vos visuels sur les réseaux sociaux

Couleurs

Après les orages, rien de plus beau qu’un arc-en-ciel et, pour donner un peu de gaité à votre tenue, rien de tel qu’un t-shirts tie & dye, mais lorsqu’il s’agit de couleurs pour les visuels de vos réseaux sociaux… moins c’est, mieux c’est. Il est préférable de s’en tenir à une à trois couleurs primaires pour vos graphiques.

Lorsque vous choisissez vos couleurs, pensez à ce que vous voulez que les gens ressentent lorsqu’ils parcourent votre contenu. Les couleurs peuvent évoquer des émotions ; il est donc important de choisir une couleur qui corresponde à ce que vous voulez que les internautes ressentent.

Vous pouvez vous plonger dans les détails de la psychologie des couleurs ici, mais voici un bref aperçu :

  • Rouge – Excitation, énergie, puissance
  • Orange – Créativité, détermination, enthousiasme
  • Jaune – Joie, bonheur, gaieté
  • Vert – Nature, croissance, santé
  • Bleu – Confiance, stabilité, paix
  • Rose – Amour, espièglerie, vulnérabilité

Vous pourriez être tenté de ne choisir que des couleurs que vous aimez ou qui représentent les sentiments que vous voulez que votre contenu évoque. Cependant, il y a autre chose que vous devez savoir sur les couleurs.

Les opposés s’attirent. En d’autres termes, recherchez des couleurs contrastées. Les couleurs contrastées, autrement appelées couleurs complémentaires, sont des couleurs qui apparaissent dans des sections différentes du cercle chromatique.

Plus elles sont éloignées les unes des autres, plus le contraste est grand.

Les couleurs contrastées peuvent être utilisées pour diriger l’œil du visiteur vers des informations importantes, comme des mots-clés ou des icônes ; par exemple, pour les boutons d’appel à l’action (CTA).

Polices de caractères

Vous aimez peut-être les polices de caractères fantaisistes, et nous aussi, mais on préfère vous mettre en garde contre une utilisation excessive de ces polices. Mieux vaut trouver un équilibre entre lisibilité et style. L’intérêt d’inclure du texte est que votre public puisse le lire et absorber cette information. Les polices dites « scripts » (qui ressemblent à une écriture manuelle) ou les polices stylisées sont souvent plus difficiles à lire, surtout lorsqu’un utilisateur fait défiler rapidement le texte ou le lit sur l’écran, plus petit, de son téléphone.

Si vous souhaitez quelque chose de court et d’agréable, comme un titre, on vous recommande d’utiliser une police sans empattement (sans serif). Mais si vous créez un visuel plus grand, vous pouvez équilibrer les différentes polices en mettant le titre dans une police stylisée et en utilisant une police plus classique pour le corps du texte, en plus petit.

Comme pour les couleurs, moins c’est mieux, avec les polices. N’écrasez pas votre image et contentez-vous de deux ou trois polices au maximum dans chaque conception.

Hiérarchie

Lors de la conception, demandez-vous : « Quelle est la partie la plus importante de ce graphique ? » Nos yeux sont attirés par les éléments les plus grands sur une page. C’est ce qu’on appelle la hiérarchie. Vous pouvez facilement l’utiliser dans vos créations en mettant l’information la plus importante dans une police de caractères en gras ou en appliquant une couleur vive à la partie la plus importante de la conception. Vous pouvez voir dans l’exemple ci-dessous que dans cette publicité pour le réveillon du Nouvel An 2019, la police NYE (New Year’s Eve) est mise en évidence afin que l’audience sache immédiatement qu’il s’agit d’une fête de réveillon.

Espace blanc

Il est normal pour quiconque de ressentir de l’anxiété lorsqu’on est coincé∙e dans un endroit surpeuplé. La même règle s’applique au design. Les visuels surchargés sont à proscrire et les espaces « blancs » sont à privilégier. Si une image ne répond pas à vos attentes, supprimez des éléments superflus et ajoutez des espaces blancs autour du texte, des images ou d’autres éléments-clés. Vous pouvez également essayer de réduire la taille des images ou des polices pour créer plus d’espace blanc. Votre conception sera plus facile à lire et sera plus susceptible d’attirer l’attention qu’un visuel surchargé.

La règle des tiers

Si vous avez du mal à équilibrer votre image, la règle des tiers peut vous aider. La règle des tiers consiste simplement à diviser votre visuel en trois lignes et trois colonnes. L’intersection de ces lignes constitue le point central de votre design. Cela ne signifie pas que vous devez placer des éléments importants dans chacun de ces points focaux, mais cela vous permet de visualiser plus facilement la façon dont vous voulez structurer votre dessin. La règle des tiers sert de ligne directrice pour la composition de votre visuel.

Ces cinq éléments de conception peuvent vous aider à concevoir n’importe quel visuel pour votre entreprise, et pas seulement pour vos réseaux sociaux ! Mais on a voulu ajouter quelques conseils spécifiques pour les réseaux sociaux qui vous aideront à gagner du temps et à créer des graphiques plus efficaces. Parce que vous savez que chez Boots & Cats, notre but est toujours d’en faire plus en moins de temps.

Catégorisez votre contenu et créez des modèles de visuels pour chaque catégorie.

On vous conseille d’utiliser une organisation de votre contenu basé sur des catégories (et si vous venez de nous découvrir, vous pouvez en savoir plus à ce sujet ici.) Une fois que vous avez vos catégories, vous pouvez créer des modèles pour chaque catégorie. Par exemple, vous pouvez imaginer des modèles différents pour les « questions », les « citations » et les « articles de blog ». De cette façon, il est facile d’insérer le nouveau contenu dans le modèle et de garder une cohérence de visuels sans que ce soit répétitif.

Créez une fiche d’identité visuelle de votre marque

Gardez en tête ces deux petits mots dans votre conception graphique pour les réseaux sociaux : restez simple. Pour éviter toute surcharge, définissez clairement votre identité visuelle et n’intégrez que ces éléments. Voici quelques idées de ce que vous pouvez inclure dans la fiche d’identité visuelle de votre marque :

  • Couleurs de la marque – Essayez d’avoir une ou deux couleurs principales, deux ou trois couleurs complémentaires et au moins une couleur d’accent.
  • Polices de caractère – Ne dépassez pas trois polices, dont une pour vos en-têtes, une pour vos sous-titres et une pour le corps du texte.
  • Styles d’images – Par exemple, utilisez-vous des images de personnes ou de nature ? Vos images utilisent-elles un certain filtre ou un certain univers de couleurs ?
  • Iconographie – Si vous utilisez des icônes, tenez-vous-en un style d’illustration, et restez cohérent.

Ayez vos objectifs en tête

L’une de nos règles préférées, chez Boots & Cats, est de donner à chaque élément de contenu une tâche à accomplir. Cette règle s’applique au contenu visuel. Demandez-vous ce que vous voulez que vos images produisent sur les médias sociaux.

  • Sont-elles destinées à favoriser les conversions, le trafic sur le site web, l’engagement ?
  • Quel est le public visé par ces visuels ?
  • Quelles sont les plateformes que votre audience affectionne particulièrement ?
  • Quel appareil utilise-t-elle pour consulter les réseaux sociaux ?
  • Quelles émotions voulez-vous faire ressentir à votre public ?

En bref, faites d’abord vos devoirs, puis revenez à la conception. Faites-nous confiance, ça fera la différence. Et en cas de doute, utilisez l’un de ces outils pour vous aider !

À vous de jouer

Comme vous pouvez le constater, il est beaucoup plus facile de créer de superbes images pour les réseaux sociaux lorsque l’on dispose des bons outils et des bonnes informations en matière de conception ! Ce ne sont là que quelques-uns de nos conseils préférés pour créer des visuels incroyables, mais on sait qu’il en existe beaucoup d’autres.

On voudrait connaître votre avis ! Quels sont vos outils et conseils préférés ? Faites-le nous savoir dans les commentaires.

Créer des visuels pour les réseaux sociaux : nos outils et conseils (1ère partie)

Créer des visuels pour les réseaux sociaux : nos outils et conseils (1ère partie)

On vit à une époque où tout le monde peut prendre une photo vite fait avec son téléphone, la retoucher avec son téléphone et la publier immédiatement vers des milliers de personnes sur les réseaux sociaux. Les simples publications textuelles ne suffisent donc clairement plus. Il faut créer des visuels pour les réseaux sociaux.

Et si vous avez besoin d’inspiration pour votre calendrier éditorial, on est là pour vous ! Il vous suffit de télécharger notre calendrier des marroniers 2022 !

Bien sûr, ça ne veut pas dire que vous pouvez poster n’importe quel vieux graphique et croire que votre post va exploser les compteurs de likes et autres commentaires. Vous avez besoin de visuels accrocheurs, adaptés à votre marque et qui attirent l’oeil. Ce n’est pas un problème pour les grandes entreprises qui disposent d’énormes départements artistiques ou même pour celles qui n’ont qu’un∙e seul∙e graphiste.

Mais que doit faire le ou la solopreneur∙e très occupé∙e qui fait déjà tout le reste dans son activité ? Tout simplement, apprendre quelques astuces de conception simples mais puissantes et utiliser les bons outils pour créer des visuels pour les réseaux sociaux qui vont envoyer du lourd.

Comment créer des visuels qui impressionnent pour les réseaux sociaux ?

Avec les bons outils, on fait des choses fantastiques sans suer sang et eau. Voici nos outils préférés chez Boots & Cats.

 Canva

Canva est un outil de conception graphique idéal et qui convient parfaitement aux non-designers. Avec un format de type glisser-déposer, il propose des centaines de modèles de visuels, de polices de caractères et d’images. L’une de nos fonctionnalités préférées de Canva est que vous pouvez redimensionner n’importe quelle image d’un simple clic, ce qui facilite la déclinaison d’un même visuel pour chaque plateforme.

Prix : Gratuit et des plans payants à partir de 11,99€/mois.

Giphy

 

Qu’est-ce qu’un peu de divertissement sur les réseaux sociaux sans quelques GIFs ? Giphy dispose de la plus grande bibliothèque de GIFs que vous pouvez utiliser pour vos blogs, e-mails et comptes sociaux. Vous pouvez même créer votre propre chaîne et créer vos propres GIFs personnalisés !

Prix : Gratuit

Unsplash

Unsplash est un catalogue de photos gratuites. Des photographes, des artistes et des créateurs ajoutent à cette bibliothèque croissante de photos de stock gratuites. C’est un site idéal si vous avez besoin de trouver des images à utiliser sur Facebook, Instagram, Twitter ou votre site.

C’est super important de ne pas publier d’images sans autorisation, car vous pourriez vous retrouver avec au pire un procès, au mieux une amende massive. Unsplash est un moyen idéal d’éviter cela, car toutes leurs images sont du domaine public.

Bien que ce ne soit pas obligatoire, essayez de créditer les photographes lorsque vous partagez leurs images ! Unsplash vous permet de copier-coller le crédit lorsque vous téléchargez votre image.

Prix : Gratuit

 Adobe Color Wheel

Si vous créez vos propres images ou jouez avec les couleurs, utilisez le fantastique outil de palette de couleurs d’Adobe pour trouver les associations de couleurs parfaites pour votre projet. Vous pouvez également télécharger une photo pour identifier les combinaisons de couleurs qu’elle contient. Si vous êtes un utilisateur d’Adobe, vous pouvez vous connecter avec vos informations d’identification et enregistrer vos palettes de couleurs pour les utiliser dans de futurs projets.

Prix : Gratuit

Utilisez des images sous licence Creative Commons

Vous n’avez pas trouvé ce que vous cherchiez dans l’une des ressources ci-dessus ? Pas d’inquiétude : vous pouvez poursuivre votre recherche en recherchant des images sous licence Creative Commons.

Une licence Creative Commons est essentiellement une autorisation du propriétaire de l’image de l’utiliser gratuitement. Sympa, non ? Il existe différentes versions de la licence Creative Commons ; vous pouvez tout lire à leur sujet ici.

On vous suggère de rechercher des images pour lesquelles il suffit d’attribuer l’image au(x) propriétaire(s) d’une manière ou d’une autre et qui sont libres d’utilisation à des fins commerciales.

Voici comment trouver des images sous licence Creative Commons :

  1. Rendez-vous sur search.creativecommons.org.
  2. Insérez un mot clé pour le type d’image que vous recherchez.
  3. Assurez-vous de cocher la case « utilisation à des fins commerciales » ; on vous conseille aussi de cocher également l’autre case, « modifier, adapter ou développer », au cas où vous souhaiteriez ajouter votre logo, du texte ou tout autre élément à l’image.
  4. Choisissez l’endroit où vous souhaitez effectuer votre recherche (comme Flickr ou Google Images). Une fois que vous aurez cliqué sur l’une de ces options, vous serez automatiquement dirigé vers les résultats.
  5. Sélectionnez une image qui vous plaît, puis vérifiez attentivement les informations relatives au droit d’auteur, à la licence Creative Commons et/ou à l’attribution. Si vous ne pouvez pas satisfaire aux exigences du propriétaire, n’utilisez pas l’image. Si vous n’êtes pas sûr de répondre aux exigences, envoyez-leur un email pour leur demander.

NOTE IMPORTANTE : Ne confondez PAS le blog de votre entreprise avec un blog non commercial.

De nombreuses personnes pensent que, parce qu’elles ne gagnent pas directement d’argent avec leur blog, elles sont libres de le remplir d’images dont les licences restreignent l’utilisation à des fins « non commerciales ». Il s’agit d’une zone extrêmement floue, mais si votre blog contient un lien vers votre page de vente ou vers un autre site contenant votre page de vente (ou tout ce qui encourage les gens à vous donner de l’argent d’une manière ou d’une autre – oui, cela inclut les liens type « Travaillez avec moi »), à nos yeux, votre blog est commercial.

Ne prenez pas le risque de vous voir infliger une amende simplement parce que les gens peuvent lire votre blog gratuitement ; il s’agit toujours d’un élément de votre marketing.

Dans le cas d’une licence qui exige que vous attribuiez la source, vérifiez si le propriétaire donne des instructions spécifiques sur la manière de procéder à cette attribution.

D’ici quelques semaines, on vous donne tous nos conseils pour concevoir des images qui dépotent et qui attirent l’oeil immédiatement ! Ouvrez l’oeil !

Comment utiliser les réseaux sociaux pour valider votre idée de e-business

Comment utiliser les réseaux sociaux pour valider votre idée de e-business

Vous avez une excellente idée pour un produit numérique. Si vous pouviez le développer et le commercialiser de la bonne manière, vous savez qu’il pourrait changer beaucoup de vies (et surtout la vôtre).

Cependant, vous n’avez pas des milliers d’euros ou des mois de temps libre à consacrer à une étude de marché. Alors comment valider votre idée de produit sans vous ruiner ?

Facile : utilisez les réseaux sociaux.

En seulement quatre étapes, vous pouvez valider votre idée de produit, l’adapter aux préférences de vos client∙es et vous mettre sur la voie de la création d’un produit, n’ayons pas peur des mots,… irrésistible !

Étape n° 1 : réaliser une étude de marché sur les réseaux sociaux

Avant de créer votre produit ou service digital, réalisez une étude de marché pour en savoir plus sur votre public cible et ses préférences.

L’une des façons les plus simples de réaliser une étude de marché est de trouver où votre clientèle idéale est active en ligne et d’interagir avec elle.

Notez qu’on ne vous dit pas d’aller sur toutes les plateformes à la mode.

Allez plutôt là où votre public est le plus actif et participez à des conversations avec ces communautés.

Si vous envisagez de vendre des cours en ligne sur le maquillage et la beauté, par exemple, vous trouverez probablement plus d’opportunités de conversations sur Instagram, YouTube et Reddit, tandis que Twitch peut être mieux si vous vendez quelque chose lié aux jeux vidéos.

Une fois que vous avez déterminé où vous allez mener votre étude de marché, l’étape suivante consiste à réfléchir à comment vous allez collecter les informations ; une combinaison de collecte de données et d’entretiens avec votre cible potentielle donne généralement les meilleurs résultats.

Par exemple, vous pouvez rejoindre des communautés en ligne sur Reddit ou Facebook pour voir quel type de questions votre public se pose, proposer des réponses et poser quelques questions à votre tour.

Ou, comme Sue B. Zimmerman, spécialiste d’Instagram, vous pourriez utiliser des sondages dans les stories pour interroger vos clients.

Parmi les autres sources possibles, n’oubliez pas les commentaires des clients sur vos concurrents. Ils peuvent être une mine d’informations sur les préférences de votre cible et sur la manière dont vos concurrents répondent à ces préférences.

Vous pouvez également utiliser l’historique des publications des personnes qui ont laissé un commentaire pour comprendre le type de marques avec lesquelles elles ont interagi dans le passé et comment votre idée de produit se mesure à leurs préférences.

La marque de produits de beauté Glossier, par exemple, a eu l’idée de son Milky Jelly Cleanser après avoir remarqué que les internautes n’incluaient pas de nettoyant dans leurs « shelfies » (photos de produits de beauté dans les placards de leur salle de bains).

Enfin, ne négligez pas l’étape d’une conversation avec vos futur∙es client∙es en face à face, même en visio, afin d’obtenir des commentaires plus ciblés.

Une fois que vous avez défini vos plateformes et que votre étude de marché est en cours, il est temps d’entrer dans le vif du sujet et de passer du statut d’observateur à celui de participant actif.

Étape 2 : Soyez actif∙ves sur les réseaux sociaux et renforcez la confiance dans votre marque.

Pour gagner la confiance et la fidélité de vos futurs fans et, au bout du compte, leurs achats et leurs recommandations, soyez actif sur les réseaux sociaux.

72 % des consommateurs sont susceptibles de recommander une entreprise s’ils ont eu une expérience positive avec cette marque sur les réseaux sociaux, il y a donc peu d’inconvénients à engager avec votre public.

Attentions à ne pas être trop promotionnel. Vous pouvez suivre la règle des 80/20 : 80 % de vos messages doivent être informatifs ou divertissants et 20 % peuvent être plus vendeurs.

Pour aller plus loin sur comment composer ces posts, consultez cet article sur les messages dignes d’être cliqués, pour vous inspirer.

Sinon, prêtez attention aux messages qui obtiennent le plus d’engagement, de partages et de commentaires, car ils constituent un bon indicateur du type de problèmes auxquels votre public est confronté.

Bien qu’il faille attendre quelques semaines avant de constater une réelle augmentation des visites sur votre site et du nombre d’abonnés, l’interaction avec ces derniers peut s’avérer payante.

Ne vous inquiétez pas si votre nombre d’abonnés reste plutôt modeste : les petites audiences ont leur importance, surtout pour les marques en pleine croissance.

Après avoir passé du temps à construire votre réputation, vous pouvez commencer à poser des questions liées plus spécifiquement à vos produits et à envoyer des enquêtes.

L’entreprise de matelas Tuft & Needle, par exemple, considère que c’est en sollicitant les avis des communautés en ligne, en particulier Reddit, qu’elle a gagné ses premiers clients.

Mais ne vous concentrez pas uniquement sur des questions relatives aux produits : ce n’est pas toujours un produit exceptionnel qui incite les clients à passer d’une marque à une autre.

86 % des consommateurs sont prêts à payer davantage pour une expérience-client de qualité. Bien traiter vos clients, et, plus précisément, découvrir ce que cela signifie pour eux, peut vous aider à vous démarquer de vos concurrents.

À ce stade de la validation de l’idée, vous pouvez promouvoir une page de vente pour votre produit même si celui-ci n’a pas encore été fabriqué, afin que les internautes puissent en savoir plus sur votre offre, s’inscrire sur votre liste d’attente ou pré-commander.

Il peut sembler contre-intuitif de créer une page de vente pour un produit qui n’est pas encore fabriqué, mais rassurez-vous, c’est un moyen courant de valider des idées de produits.

Dropbox, par exemple, a commencé par une vidéo explicative et un formulaire d’inscription à une liste d’attente. De même, l’entrepreneuse Abbey Ashley a créé une page de vente, a pré-vendu son cours en ligne, puis a publié deux modules à la fois au fur et à mesure qu’elle recevait des commentaires de ses clients.

En plus de votre page de vente, vous pouvez utiliser des tactiques comme l’email marketing et le marketing d’influence pour étendre la portée de vos efforts de pré-lancement.

La construction de la réputation et de la crédibilité de votre marque sur les réseaux sociaux prend-elle du temps ? Certainement. Mais, cela vaut-il la peine de s’y atteler ? Certainement aussi. Il n’y a pas de meilleur moyen de créer des liens avec une nouvelle audience que d’interagir directement avec elle.

Et plus vous interagissez avec elle et en apprenez sur elle à ce stade, mieux votre prototype, qui est la troisième étape de la validation de votre idée, servira ce public.

Étape 3 : Analysez vos données et créez votre prototype

14% des startups échouent parce qu’elles ignorent leurs clients, et 42% échouent parce qu’il n’y a pas de besoin pour leur produit sur leur marché.

Par conséquent, ne vous contentez pas de jeter un coup d’œil à vos données clients pour ensuite vous plonger dans le développement du produit. Prenez plutôt quelques jours pour analyser les tendances et effectuer un suivi auprès de certains membres du public.

Ensuite, commencez à créer avec ces informations en main.

Ne vous souciez pas de créer un prototype parfait. Dans l’idéal, votre prototype devrait être une version simplifiée de votre produit que vous pouvez réaliser sans investir beaucoup d’argent ou de temps.

Plus vous pouvez facilement pivoter pour ajouter ou supprimer des fonctionnalités – votre public saura lesquelles – mieux c’est.

Les prototypes de produits numériques peuvent prendre des formes différentes.

Le prototype de Justin Jackson pour son service et podcast Tiny Marketing Wins a commencé par une série de 14 jours d’e-mails gratuits, tandis qu’Airbnb a commencé par un simple site Web.

Vous pouvez soit donner votre produit en test gratuitement comme lead magnet (littérallement : aimant à prospects) soit offrir du contenu gratuit, soit, pourquoi pas, le faire payer.

Dans le cas d’un produit informatif, vous pouvez diffuser quelques modules sur YouTube. C’est un support particulièrement utile pour tester le contenu de cours en ligne ou de business models d’abonnement. 64 % des personnes interrogées ont déclaré que YouTube était une bonne ressource quand il s’agit d’acquérir des compétences pour son développement professionnel ou personnel.

À ce stade, vous avez presque atteint la fin du processus de validation de votre produit, mais pas tout à fait. Une semaine environ après que vos premiers utilisateurs et utilisatrices ont téléchargé ou acheté votre produit, recueillez d’autres commentaires afin de pouvoir l’améliorer encore avant de diffuser la version finale.

Étape 4 : Analysez les commentaires recueillis et diffusez votre produit à nouveau.

Le but d’un prototype de produit est de tester vos hypothèses et vos croyances sur votre public, alors ne vous inquiétez pas si vous avez reçu des commentaires négatifs lors de la première itération.

Voyez simplement ces commentaires comme des conseils sur la façon de créer un meilleur produit à l’avenir.

Prenez quelques jours pour analyser les critiques de la première itération de votre prototype, puis réfléchissez aux changements recommandés ou à ceux qui étaient les plus demandés.

Une fois que votre produit test a été modifié, vous êtes prêt∙e à le rediffuser pour obtenir un nouveau round de commentaires.

Pour élargir votre base d’utilisateurs et augmenter vos ventes, pensez à mettre en place un programme de recommandation ou d’affiliation afin d’encourager vos premier∙es client∙es à recommander votre produit à d’autres personnes.

30 % des Américains font des recommandations au moins une fois par semaine, et près de la moitié des entrepreneurs affirment que la majorité de leurs nouveaux clients proviennent de recommandations. Il y a fort à parier que la tendance est très similaire en France.

Par conséquent, inciter et récompenser les clients qui vous recommandent est une stratégie viable et populaire dans la sphère entrepreneuriale.

Une manière d’encourager les recommandations est de proposer une remise ou une promotion exclusive.

94 % des consommateurs ont déclaré que parmi le offres promotionnelles, l’exclusivité est ce qu’ils préfèreraient. Proposer des offres ou des remises exclusives pourrait donc être un moyen d’attirer davantage de clients early-adopters et de testeurs de prototypes.

Au fur et à mesure que votre public s’élargit et que vous obtenez de nouveaux retours, vous vous rapprocherez de plus en plus d’un produit final que vos clients adoreront.

Et après ? Il sera alors temps de lancer votre produit et de voir les ventes affluer.

C’est simple comme bonjour, non ?

Comprendre votre marché et votre communauté sont essentiels pour valider votre idée.

Vous pouvez dépenser des milliers de dollars pour mener des études de marché complexes sur vos client∙es potentiel∙les ou vous pouvez utiliser les réseaux sociaux pour valider votre idée d’e-business en quelques semaines seulement.

La première étape de la validation de votre idée consiste à déterminer où vous interagirez avec votre public cible et comment vous le sonderez.

Ensuite, passez quelques semaines à établir des relations avec vos abonnés avant de leur demander des conseils et des commentaires.

Une fois que vous en savez plus sur les préférences de vos futur client∙es, créez une version prototype de votre produit pour tester vos hypothèses et vos conclusions.

Enfin, sollicitez davantage de commentaires de vos client∙es afin d’améliorer progressivement votre produit jusqu’à ce qu’il atteigne une version que vous estimez vendable.

Il n’a jamais été aussi facile de donner vie à vos idées de produits digitaux grâce aux réseaux sociaux.

Que votre public préfère Instagram, Twitter ou Facebook, vous disposez désormais des connaissances et des outils pour valider votre idée de produit ; et nous sommes impatientes de voir ce que vous allez créer.

Créer un podcast pour son entreprise sans se casser la tête

Créer un podcast pour son entreprise sans se casser la tête

Les podcasts sont à la mode en ce moment et on ne dist pas ça seulement parce qu’on en écoute tout le temps 😉 .

Selon PodCast Insights, il y a 30 millions d’épisodes de podcast et 51 % des américains ont écouté au moins un podcast ! Donc, ces clients que vous voulez atteindre ? Il y a fort à parier qu’ils écoutent probablement un podcast.

Et non seulement les gens écoutent des podcasts, mais ils se sentent engagés. Selon cette même étude de PodCast Insights, 80 % des auditeurs de podcasts écoutent la totalité ou une partie de chaque épisode ; et ils écoutent en moyenne sept épisodes de podcast par semaine !

Après avoir lu tout ça, vous vous dites peut-être : « Je devrais peut-être lancer un podcast moi aussi ! » 🤔

Vous vous demandez peut-être aussi : « Par où commencer ? » 😱.

Et certain∙es d’entre vous pourraient même être en train de se dire : « C’est quoi un podcast ? » 😳.

La bonne nouvelle, c’est que vous êtes au bon endroit, car vous n’êtes pas les premières personnes à nous poser la question !

On s’est posées et on s’est demandées : « Comment une petite équipe peut-elle produire un podcast vraiment fantastique sans y consacrer tout son temps ? ».

Et voici les étapes exactes qu’on a identifiées !

Le format

Si vous souhaitez lancer un podcast dans le cadre de votre activité, la première chose que vous devez déterminer est le format.

Il existe plusieurs formats de podcast différents. Voici les principaux que vous pouvez envisager pour votre podcast.

Format interview

Ce format est celui auquel pensent de nombreux auditeurs lorsqu’ils pensent aux podcasts. Les émissions de type interview présentent un ou deux hôtes réguliers et un nouvel invité à chaque épisode. Marketing Mania de Stanislas Leloup en est un excellent exemple.

Si vous souhaitez lancer un podcast au format « interview », vous devez vous assurer d’avoir un thème clair, soit par vos invités, soit par le message que vous essayez de faire passer à vos invités. Dans l’exemple ci-dessus, Stanislas Leloup interroge des entrepreneurs du web. Alors que les invités d’autres podcasts proviennent de différents secteurs d’activité, mais un thème commun lie l’ensemble.

L’avantage d’organiser un podcast au format interview est que votre public entendra des points de vue différents et obtiendra un aperçu 360° de votre sujet. Les inconvénients de ce format sont que la recherche d’invités, la programmation de différentes interviews et la présentation du podcast aux invités potentiels demandent du temps et de l’énergie supplémentaires !

Format conversationnel

Les podcasts conversationnels ont plusieurs hôtes qui discutent d’un sujet spécifique dans chaque épisode. Call Your Girlfriend, animé par Ann Friedman et Aminatou Sow, est un podcast conversationnel américain populaire dans lequel deux amies s’appellent pour discuter des événements récents de culture pop et de politique.

L’avantage d’un podcast conversationnel est qu’il est généralement moins structuré, ce qui signifie qu’il nécessite moins de planification. Cependant, vous devrez veiller à ce que vos sujets restent toujours intéressants pour que votre public reste engagé !

Format solo

Dans un podcast solo, un hôte partage un sujet. L’hôte peut faire appel à des invités de temps en temps, mais le format principal est celui d’un monologue du podcasteur sur un sujet. Le podcast Home(icide) de Caroline Nogueras est un excellent exemple de solo-cast.

L’un des principaux avantages d’une diffusion en solo est que vous n’avez pas à planifier les enregistrements en fonction de quelqu’un d’autre. C’est donc beaucoup plus facile si vous souhaitez simplement enregistrer un ou deux mois d’épisodes à la fois ! L’inconvénient d’un podcast solo est que vous serez responsable de l’ensemble du contenu, car il n’y a pas de co-animateur ou d’invité sur lequel s’appuyer !

Chacun de ces podcasts présente des avantages et des inconvénients et le format qui vous convient le mieux dépend de votre activité et de vos objectifs.

Une chose importante à noter lorsque vous envisagez l’un de ces formats, c’est que vous pouvez les scénariser si c’est plus facile pour vous ! Tout le monde n’est pas à l’aise pour parler à bâtons rompus et vous n’avez certainement pas besoin de l’être ! La création d’un script pour vous, ou pour vous et votre co-animateur, ou encore l’élaboration d’un script pour vos questions aux invités, peut être un moyen facile d’organiser votre contenu.

Choisissez le format qui vous convient le mieux ! C’est votre podcast, profitez-en ! Une fois que vous avez choisi votre format, on vous recommande de préparer vos premiers épisodes. En effet, une pratique courante consiste à lancer le podcast avec au moins trois épisodes.

Les outils

Les outils nécessaires à la réalisation d’un podcast sont étonnamment simples.

Pour l’enregistrement, on recommande Garageband, qui est livré en standard sur les Mac. Si vous êtes plutôt PC, vous pouvez également utiliser Audacity. Vous pouvez également utiliser l’un ou l’autre pour éditer votre podcast après l’avoir enregistré. Et si vous recherchez un logiciel de montage un peu plus sophistiqué, on vous recommande Adobe Audition.

Ça prendra peut-être un peu de temps pour vous familiariser avec le micro et à entendre votre voix enregistrée. Mais n’oubliez pas que plus vous vous exercez, plus vous vous sentez à l’aise !

Il existe des dizaines de logiciels pour aider les podcasters à produire leur émission, et des centaines de microphones et de gadgets. Restez simple lorsque vous commencez. S’aventurer à la recherche d’outils peut vous empêcher de commencer.

Et oui, vous serez peut-être tenté∙e de faire du karaoké avec votre micro. Allez-y, on ne jugera pas.

Les autres éléments

Une fois que vous avez les outils en place, il vous reste encore quelques éléments à rassembler avant de commencer à enregistrer et à promouvoir votre podcast.

Le premier élément est le titre, le sous-titre et la description de votre podcast. Faites une recherche rapide pour vous assurer que votre titre n’est pas déjà pris. Lorsque vous créez votre titre, veillez à choisir quelque chose de facile à dire, à épeler et permettant de comprendre rapidement à qui votre podcast s’adresse.

Le Dr Kevin Christie aurait pu intituler son podcast sur le marketing pour chiroprateur∙es d’un nom astucieux comme « Marketing Adjustment » ou « Misaligned Marketing« , mais il a choisi The Modern Chiropractic Marketing Show, qui définit clairement le sujet et s’adresse directement à son public cible.

Une fois tout ça en place, il vous reste à enregistrer votre intro. C’est ce que les gens entendent dans la première ou les deux premières minutes de votre podcast. Vous n’êtes pas obligé∙e d’y inclure l’intégralité du titre, du sous-titre et de la description, mais il est important d’y inclure le nom du podcast, le nom de l’animateur et un petit mot sur l’émission. Vous pouvez également ajouter de la musique à votre intro. Vous pouvez trouver de la musique libre de droits dans Free Music Archive par exemple.

Il est ensuite, de préparer vos visuels. Il s’agit de l’image de couverture de votre podcast qui s’affichera dans les annuaires, ce qui en fait l’une des premières impressions que vous ferez à votre public !

Elle s’affiche également dans le lecteur de vos auditeurs lorsqu’ils écoutent votre podcast. Vous devez donc faire en sorte que votre visuel renforce votre marque.

Et vous n’avez pas besoin d’être un grand designer pour y parvenir ! Vous pouvez utiliser Canva ou Crello pour créer facilement de superbes graphiques. Assurez-vous simplement qu’ils correspondent aux spécifications d’Apple. Depuis 2019, Apple exige que les images ne soient pas plus grandes que 3 000 x 3 000 pixels et pas plus petites que 1 400 x 1 400 pixels.

On vous recommande de rendre le titre de votre podcast très lisible.

Uploader votre podcast

Une fois que tout est en place et que vous avez enregistré vos premiers épisodes, il est temps d’uploader votre podcast !

En général, vous allez enregistrer vos épisodes sous forme de fichiers MP3.

Vous ne pouvez pas simplement télécharger vos MP3 sur iTunes. Vous avez besoin d’un endroit pour héberger vos fichiers. Un hôte de podcast est une société optimisée pour héberger et servir vos fichiers de podcast. Il vous fournira également un flux RSS unique qui permettra à iTunes, Spotify, Stitcher et d’autres répertoires de podcasts de voir et de partager votre émission ! Ce n’est pas différent d’un flux RSS pour votre blog.

Il existe de nombreux hôtes de podcasts, dont les fonctionnalités et les prix varient. Les favoris du secteur sont Libsyn, Blubrry et Podbean, mais on aime bien Anchor aussi !

Après avoir téléchargé quelques épisodes sur votre flux, vous pouvez ensuite les soumettre à iTunes et à d’autres annuaires de podcasts. L’approbation peut prendre quelques jours, mais la plupart des émissions sont approuvées dans les 7 jours.

Promouvoir, promouvoir, promouvoir !

Et c’est tout ! Facile, non ? Vous avez maintenant créé un podcast, l’avez enregistré et l’avez téléchargé sur votre flux de podcasts afin qu’il soit prêt à être lancé.

Maintenant, reste à promouvoir votre podcast ! On vous a déjà expliqué comment préparer le lancement d’un podcast, on vous prépare aussi quelques conseils sur la communication d’un podcast sur les réseaux sociaux ainsi que quelques idées pour développer votre podcast.

On vous recommande également de créer une page sur votre site Web. Même si vous n’hébergez pas votre podcast (Libsyn ou un autre le fait pour vous !), il est conseillé tout de même d’avoir une page dédiée sur votre site à des fins de référencement et pour mieux promouvoir votre podcast. Vous pouvez intégrer des fichiers audio sur cette page, ajouter des notes et des descriptions de l’émission ou même proposer une option d’inscription par e-mail pour développer votre liste d’abonnés.

Le podcasting est loin d’être en voie de disparition. En fait, sa tendance est à la croissance massive au cours des prochaines années. C’est donc le bon moment de vous demander si c’est la bonne voie pour votre entreprise.

Comme pour tout, parlez d’abord à vos clients. Si vous constatez qu’ils aiment les podcasts, c’est peut-être le canal marketing idéal pour vous !

Vous aimez les podcasts ou vous avez lancé le vôtre ? Faites-nous part de vos questions et remarques dans les commentaires !